Bienvenue, nous sommes le
 
même rubrique

CLINTON FEARON & THE BOOGIE BROWN BAND
KNOWLEDGE
SUGAR MINOTT
THE MIGHTY THREE’S
THE VICEROYS
WINSTON MC ANUFF

le label
Sankofa Blackstar
CLINTON FEARON & THE BOOGIE BROWN BAND

Forum


YELLOWMAN with CHARLIE CHAPLIN
LIVE - THE NEGRIL CHILL CHALENGE

Certains d’entre vous connaissent sûrement déjà cet opus, jusque là uniquement disponible en cassette. Vous pouvez à présent le découvrir, ou redécouvrir, sur CD, en version intégrale remasterisée .

Enregistré en 1987 sur une plage de Négril, ce Live est autant une tranche d’histoire, de culture yardie, qu’un opus musical. Ce disque est un véritable CLASH en LIVE entre deux des plus grands représentants du style DJ du milieu des années 80 : YELLOWMAN le roi du Slackness et le Conscious Rasta CHARLIE CHAPLIN.

Le sous titre de l’album est explicite et exprime bien le concept de ce concert : SLACKNESS Versus PURE CULTURE et les Djs YELLOWMAN et CHARLIE CHAPLIN se prètent à merveille au jeu du clash, la foule aussi d’ailleurs ! N’oublions pas qu’elle joue un rôle notoire, car c’est elle qui est seule juge et c’est d’elle bien souvent que dépend la verve et le moral des Djs. Un autre atout majeur du concept Live : un furieux backing band, ici le Sagittarius band, qui répond impartialement au doigt et à l’oeil des deux Djs, comme au wheeeeel de la foule ... avec un son bien Roots et bien lourd.

1987, c’est la grande époque du style DJ, Yellowman, au sommet de son art, est adulé par la foule, il est le roi, en tous cas c’est comme ça qu’on l’appelle alors. Mais contrairement à ce que de nombreuses personnes croient, le conscious style, rasta style a toujours été présent. Les choses ne sont plus les mêmes en JA depuis la mort de Marley, depuis la guerre politique, depuis la prise en main de l’économie de l’île par les USA. De nombreux vétérans ont émigrés, il est difficile d’avoir une opinion politique ouverte, et la nouvelle génération de DJs entend répondre aux attentes du peuple qui a besoin de plus de simplicité, de légèreté ... mais le phénomène Rasta reste partie intégrante de la société. N’oublions pas qu’en JA le reggae a été et reste un des médias, si ce n’est le média principal des Jamaïcains. Pas de télé, pas de littérature, une presse dirigée par certaines classes sociales ... il ne reste alors que le Reggae Music et les dancehalls (certainement aussi l’église), pour s’amuser, s’informer, réfléchir, oublier le quotidien, faire des rencontres, délirer ... Ce qu’on place en oposition est en fait souvent une seule et même chose, le reggae, utilisé à des fins différentes. Yellowman aborde alors les thèmes classiques à son style : les gals, les batimen, ses performences sexuelles ... mais face à un DJ conscious comme Charlie Chaplin, on le voit aussi se retrancher sur des lyrics plus culturels (y’a pas de mal !), comme sur le « Gone a South Africa », ou le « Jah me Fear ». De son côté CHARLIE CHAPLIN essaie de répondre de son mieux au vice de son adversaire avec une panoplie de lyrics culturels, mais il n’hésite pas non plus à satisfaire la foule avec des lyrics grivois et parfois sexiste, souvent aussi dans le but de se foutre de la gueule de Yellow. Et en parlant de foutage de gueule (autre tradition yardie), le clou du spectacle reste la plage 15 de ce CD : « Reason With The Entertainers », sur laquelle les deux Djs nous offrent une combinaison de 9 minutes 30, dans la plus pure tradition du Clash : l’un après l’autre Yellow et Charlie imitent les autres Djs et chanteur du moment. Sont ainsi passés en revue Tiger, Gregory Isaac, Peter Metro, General Three, Supercat, Josey Walles, Barrington, Little john ... tout le monde est pété de rire, les Djs comme la foule, un grand moment de reggae Live !

On ne saurait terminer une chronique sans une petite critique quand même. Elle va au label qui réédite l’album, SANKOFA Blackstar qui gagnerait tout de même à retravailler le contenu de la jacket, car on s’attend à mieux pour des rééditions d’albums de cette pointure. Au fait, si on précise que l’album est distribué en version intégrale, c’est que jusque là, ce live avait été en partie censuré. Oui Oui, Yellowman n’y va pas avec le dos de la cuillère ! Âmes trop sensibles, attention !

AYEOLA Records / Sankofa Blackstar (09/2003)

mardi 27 janvier 2004, par rubenxela


News Letter

Inscription
Suppression

Les Brèves
mardi 13 juillet
Striker Lee presents :
promised land / I’ll never fall in love dennis brown dub fire striker lee 7" dub scrub them / dub scrub dem dillinger / tommy mc cook striker lee 7" you are my angel horace andy striker lee 7" zion gate open / give a helping hand jacob miller / owen grey none shall escape striker (...)
mardi 13 avril
K2R riddim
lundi 29 mars
GREENSLEEVES
jeudi 23 octobre
Les riddims d’octobre
jeudi 9 octobre
passez nous vos chroniques
mercredi 8 octobre
SKALI MUCHO One Two
mercredi 8 octobre
MIKEY ROOTS
vendredi 4 juillet
CONCOURS
jeudi 3 avril
Greensleeves Rhythm Albums
vendredi 21 mars
FIRESTORM
lundi 23 septembre
CARLTON LIVIGSTON


Jahmusik, le premier webzine reggae ragga ska dub...